« Je rêverais que plutôt que de faire une charte pour les vins natures, on fasse payer ceux qui polluent les sols. C’est assez absurde d’avoir à payer pour justifier qu’on travaille propre. »

Dimanche 4/11/2018 à l’approche de la fin du salon, on retrouve Morgane Fleury au micro de Sébastien Demorand, qui nous parle champagne évidemment, biodynamie, prise de conscience… et qui casse son verre dans l’enthousiasme des échanges !